Calvados  14
 Potigny
Le nom de la localité est attesté sous la forme Postingneium en 11981.
Le nom de Potigny vient de Potiniacum (demeure de Potinus)[réf. nécessaire].
Le gentilé est Potignais.   
Avant la Révolution française, l'ancien manoir de Potigny était le siège d'une haute justice.
De 1790 à 1802 la commune de Potigny est un chef-lieu de canton, puis elle est rattachée au canton de Coulibœuf lors du redécoupage cantonal de l'an IX (1801), puis à celui de Falaise-Nord
En 1907, La Société des mines de Soumont voit le jour. Cette mine de fer métamorphose ce petit bourg rural en cité minière cosmopolite. Dès les années 1920,
 l’arrivée de populations étrangères pour travailler à la mine bouleverse le patrimoine local.
L'église Notre-Dame-du-Rosaire (XIIIe siècle), qui fait l'objet d’une classement au titre des monuments historiques depuis le 11 octobre 19309. La nef, le chœur, la tour carrée et le clocher datent du XIIIe siècle. Le porche d'entrée  du XIXe siècle, les fonts baptismaux du XVIIIe siècle.Ce ne sont pas moins de dix-huit  nationalités différentes qui viennent constituer la population. « La petite Varsovie » est le surnom donné à cette petitecommune, à la suite de l'implantation d’une importante communauté polonaise.  Dès 1908, la construction de logements individuels et collectifs de brique rouge rappelle les corons du Nord de la France.

Fin des années 1940, la communauté polonaise érige sa propre chapelle « Notre-Dame-de-Czestochowa ». La messe y est dite par un curé polonais. Les mineurs attendront la fin des années 1950 pour dédier une chapelle à leur patronne, sainte Barbe.
La fermeture des mines de Soumont en août 1989 est un réel bouleversement pour Potigny.
En regardant la démographie de cette ville il m’est apparu quelque chose de bizarre
Entre 1793 et 1911 la population varie entre 375 et 451 habitants avec des hauts et des bas mais en 1921 soit durant 10 ans elle augmente de 1000 habitants
Un pic de 2925 habitants en 1962 puis avec des variations nous arrivons en 2016 à 2074 habitants
Une figure Marie Joly
Le personnage qui rendit aussi célèbre le lieu fut Marie-Elisabeth Joly.
Née à Versailles le 8 avril 1761 et fille d'un tailleur de théâtre jouant accessoirement avec son épouse dans certaines pièces, elle fut une comédienne très talentueuse et reconnue.
Elle mourut en 1798.
Débutant réellement en tant que danseuse à la
Comédie Française, ce n'est qu'à 20 ans que Marie-Elisabeth Joly entame sa carrière, même si à l'âge de 7 ans, elle joue déjà Louison dans Le Malade Imaginaire.
Souvent dans des rôles de soubrette Allant même jusqu'à jouer devant La Cour à Versailles avec les félicitations de la Reine

Elle fut très influencée par Jean-Jacques Rousseau dont elle était une grande admiratrice.
Emprisonnée à maintes reprises, mais toujours avec le soutien et le secours de son mari Nicolas Fouquet Dulomboy, capitaine de cavalerie, Chevalier de l'Ordre de Malte de Saint-Louis, maire de la commune de Tassily-Saint-Quentin et propriétaire du manoir de Poussendre, commune de Tassily; rien que ça!
Devenant sociétaire de la comédie française, Marie Joly est aussi une royaliste que Danton dénonceraOn ne doute point de l'influence de ce dernier pour faire libérer sa
 femme dans un climat de Révolution. Ils eurent 5 enfants...
Entre comédie et tragédies,   
 Mary-Elisabeth Joly, de santé fragile et affaiblie par toutes les épreuves est emportée par la mort à l'âge de 37 ans...
La bière demeura un mois au sein de l'église.
Elle est inhumée le 3 juin 1798. Son mari, un mois après les obsèques, fit édifier son tombeau. C'est le sculpteur Lesueur, qui avait déjà sculpté le tombeau de Rousseau qui érigea le monument,.
Marie-Elisabeth Joly y est elle-même représentée en haut de la façade principale allongée sur un divan, taille réelle.
C'est selon le souhait de la défunte que le tombeau se trouve sur le point culminant du siteLes châteaux d'eau (rue des Tulipes et rue de la Mine), construits lors de l'apogée de la mine de Soumont-Saint-Quentin. L'un des deux datant de 1912, situé rue Louis-Bouillard, a été rénové récemment et a retrouvé son éolienne. 
Les lavoirs, disséminés dans les cités minières.
Potigny (Calvados)
Vue 17 page de gauche
https://archives.calvados.mnesys.fr/?id=viewer&doc=
accounts%2Fmnesys_cg14%2Fdatas%2Fir%2FRessources%20g%
C3%A9n%C3%A9alogiques%2FEtat-civil%2FFRAD014_Etat-civil_Le-Molay-Littry_Ryes%2Exml&page_ref=274687&lot_num=3&img_num=1&index_in_
visu=
On lit "suprise de ses couches en cette paroisse".

Le vendredi dix neuf du mois de juin aud an 1698 a esté
Baptisé un fils pour honorable homme François Hebert
Advocat bourgeois de Caen et Delle Marguerite Lefebure
Ses père et mere surprise de ses couches encette paroisse
Nommé Gilles Roland par Jacques Demontigny de cette
Paroisse et dame Jeanne Guettier qui ont signé sur
L’original avec nous soubs curé
retour accueil
retour tableau 0001
page précédente page 7 page suivante