Haute Garonne  31
Carbonne
Carbonne date du milieu du XIIème siècle. Le village est installé sur la presqu’île formée par un des méandres de la Garonne, à laquelle vient se joindre l’Arize. Ce territoire a été cédé (donation) par Alphonse de Poitiers en 1173 à l’Abbaye de Bonnefont. Comme de nombreux villages du Sud-Ouest de la France à cette époque, le village d’origine a été saccagé par les troupes de Simon de Montfort en 1244 pendant la croisade contre les cathares. Une dizaine d’années plus tard, le peuple retourne à Carbonne, et construit l’une des premières bastides. En 1350, le Prince Noir et ses hordes détruisent le village. Les moines de l’abbaye de Bonnefont créèrent alors une bastide plus au nord au XIVe siècle, protégée par des remparts dont des pans sont encore visibles aujourd’hui et qui ne cessèrent leur fonction défensive qu’en 1780.
dans l'espace actuel « esplanade/préau », qui subit à son tour une épidémie de peste, un fléau qui en cette fin du XIVe siècle était aussi terrible qu'une guerre.
De plus, elle a été le berceau des personnages célèbres comme André ABBAL (1876-1953), sculpteur en taille directe ainsi que Vincent AURIOL (1884-1966) président sous la IVe République.
Le pont de Carbonne est un pont routier pont en anse de panier et en maçonnerie achevé en 1780


• Moulin de Ferrery, moulin à eau sur l'Arize construit en 1827 sur ordonnance de Charles X.
• Les photos proviennent du site suivant
Par Père Igor — Travail personnel, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=17236964 
     Carbonne est située à égale distance de la Méditerranée et de l'Atlantique, dans la plaine toulousaine de la Garonne
Des Romains se seraient installés sur les rives de la Garonne et y auraient produit du charbon de bois (d'où le nom de la ville).
     Le plus ancien document mentionnant le nom de Carbonne date de 1145, il décrit la donation de terres faite par le baron de Tersac à l'abbaye de Bonnefont. De ces terres défrichées par les moines, un village se crée à l'intérieur de la presqu'île, dans la boucle du méandre protecteur de la Garonne.
     À partir du moyen Âge jusqu'à sa disparition en 1790 pendant la Révolution
française,
    Carbonne faisait partie du diocèse de Rieux. Elle faisait partie aussi de la généralité de Toulouse rattachée au Languedoc.

    Ces remparts perdirent leur rôle de défense en 1780 lors de la construction du
pont de pierre qui oblige à en démolir les portes.
     Église Saint-Laurent, église fondée au XIVe siècle au cœur de la première bastide, inscrite  au  titre  des monuments historiques depuis 196526. Chœur de style baroque, retable en bois doré27, orgue Daublaine Callinetde 1843
Le 12 août 1799, une insurrection royaliste et fédéralistes se déroule au château de la Terrasse, voir :    
       L'adjudant-général Barthier réunit 1 800 soldats à Martres-Tolosane. Croyant que le général Aubugeois est à Muret, Barthier se porte dans cette direction avec une avant-garde de 700 hommes, mais arrivé à Carbonne, il tombe dans une embuscade près du château de la Terrasse, du comte Jules de Paolo, tendue par les paysans royalistes commandés par Antoine Rougé. Les Républicains sont mis en déroute1.
    Selon les rapports républicains, 200 de leurs soldats ont été mis hors-combat lors de
l'affrontement, dont 60 morts, sans compter 300 prisonniers1. 68 morts et 200 prisonniers selon Jacques Godechot.Les colombiers, dont le colombier du Grilhon, fin XVIe , début XVIIe siècle, qui est inscrit au titre des monuments historiques depuis 200929.
• Maison Jallier qui abrite les services de la communauté de communes du Volvestre.
• Barrage de Mancies et son plan d'eau d'un volume de retenue de huit millions de m³.
• Deux halles aux marchands dont une de 1882 construite par l'architecte toulousain Pierre Esquié, prix de Rome.•
accueil
retour F à L
page précédente Page 3

page suivante