Orne  61
Pacé
     Pacé est une commune française, située dans le département de l'Orne en région Normandie, peuplée de 348 habitants pas étonnant si aucune histoire
     Je n’a i trouvé que l’église
Pacé nombreuses abjurations suite à révocation Edit de Nantes
     Un petit résumé sur l’Édit de Nantes ainsi que sur sa révocaton
    L’édit de Nantes est un édit de tolérance promulgué en avril 1598 par le roi de France Henri IV. Cet édit accordait notamment des droits de culte, des droits civils et des droits politiques aux protestants1 dans certaines parties du royaume et leur concédait, dans des annexes appelées « brevets », un certain nombre de lieux de refuges (dont environ 60 places de sûreté) et une indemnité annuelle à verser par les finances royales. La promulgation de cet édit mettait fin aux guerres de Religion qui avaient ravagé le royaume de France depuis 1562.
     La première version de l'édit, effectivement signée et scellée à Nantes, est perdue et n'est plus connue que par une copie conservée à la Bibliothèque de Genève(BGE). C'est donc la seconde version, toujours datée d'avril 1598 quoique probablement
rédigée plus tard, qui constitue le texte authentique et qui fut adressée aux parlements pour enregistrement.
      L'édit de Nantes sera révoqué par Louis XIV en octobre 1685 dans un nouvel édit, l'édit de Fontainebleau.
     L’édit de Fontainebleau, signé par Louis XIV le 18 octobre 16851, révoque l’édit de Nantes par lequel Henri IV, en 1598, avait octroyé une certaine liberté de culteaux protestants. Cet édit de Fontainebleau est plus connu sous l'appellation non officielle de « révocation de l'édit de Nantes ».
     Dès le début de son règne, Louis XIV, cherchant à unifier son royaume sur les plans religieux, administratif et politique, souhaite faire disparaître le protestantisme de France, les huguenots constituant, en outre, un groupe socio-politique proche des nations protestantes ennemies du royaume de France. S'appuyant sur une interprétation étroite de l'édit, il fait accumuler les enquêtes, les dénonciations, les interdictions, voire les destructions d'écoles et de temples et les enlèvements d'enfants. Après des années de persécutions et de conversions forcées, sur la foi des rapports des intendants qui s'attribuent le mérite d'avoir extirpé le protestantisme de leur juridiction2, considérant donc que le protestantisme français a pratiquement disparu, le pouvoir royal décide que l'édit de Nantes, devenu caduc, peut être révoqué. La conséquence la plus concrète de la révocation de l'édit est l'accélération de l'exil définitif de quelque 200 000 personnes, soit environ un pour cent de la population du Royaume, appartenant à l'élite intellectuelle, dont Denis Papin (machine à vapeur), principalement au profit de tous les concurrents économiques de la France : l'Angleterre, les Pays-Bas, la Suisse et la Prusse, et parfois de leurs colonies comme l'Amérique ou l'Afrique du Sud.
http://gaia.orne.fr/mdr/index.php/docnumViewer/calculHierarchieDoc
Num/375643/1057:358191:371818:375643/900/1600 

Je ne me souviens plus des pages

Je ne mettrais pas la transcription des deux autres ce sont exactement les mêmes termes sauf les témoins diffèrent

mercredi vingt et sixième jour de

Décembre mil six cent quatre vingt et
Cinq avant midy Nous Louis du Creux
Ptbre curé de la paroisse de St Pierre de Pacey …….
La commission de Mothiers les Grands vicaires de Sées
Le siège épiscopal vacant signée du Houlme archidiacre
Grand vicaire datée du vingt et troisième dudit mois et
An à nous adresséez nous avons reçu l’abjuration
D’hérésie de Calvin la Dame Anne Gillot fille des
Défunts Samuel Gillot et Marie Ruel ses père et mère
Demeurante de notre dite paroisse agée de vingt et cinq ans
Ou environ et luy avons fait faire profession de la foy
Catholique, apostolique et romaine dans nre église paroissialle
De St Pierre de Pacey solennellement et publiquement laquelle
Ditte Gillot a été présentée à l’église par Dame Françoise
Goupil femme de Julles Du Bois du Mesnil……..
Bourgeois d’Alençon a present dans notre ditte paroisse laquelle dite
Abjuratiion nous avons reçu en présence de Honorable&
Discrette personne Me (Limecht ? Bouft ? ) pbtre de Chandebois
Veuve de feu Francois de Marsel en son vivant escuier
St des Chefn…. ?) et Pierre Loiseazu Marchand bourgeois d’Alençon
Drappier dmt au faubourg de Montfort er René le Conte
Marchand demeurant dans notre ditte paroisse tesmoins signés au présent acte
Pour laditte Gillot laquelle a déclaré ne scavoir signer
   
retour accueil
retour tableau 0003
page précédente Page 93 page suivante