Orne  61
Conturbie
Extrait du journal Le Perche, Raphaël HUDRY qui signe l'article sur CONTURBIE .
(écrit aussi Conturbis et Contrebis)
Ce village, situé dans l'angle que forme un ruisseau qui descend du bois du Châtelet vers la rivière d'Avre, voit ces deux courants d'eau se réunir dans l'étang de la fenderie. L'Avre, qui dans cet endroit longe la forêt du Perche, formait de l'est à l'ouest la limite du diocèse de Chartres, tandis qu'au nord celui de Séez s'étendait sur la droite et celui d'Evreux sur la gauche du ruisseau qui descend des bois du Châtelet. De cette position était venu un dicton du pays : Que les évêques de Séez, de Chartres et d'Evreux auraient pu, réunis, à la même table, dîner chacun sur leur diocèse, dans un bateau sur le milieu de l'étang de Conturbie.
Un autre dicton des environs nous a été conservé : "Conturbie, douze habitants, treize voleurs en comptant le curé."
Conturbis, 12 habitants, treize voleurs en comptant le curé !!!!!!   (Plus petite comparoisse de l'Orne)
La pauvreté de cette petite commune, depuis longtemps supprimée, lui avait valu les tristes honneurs du proverbe cité. On dit encore : Conturbie, Bresolettes et Prépotin ne peuvent à elles trois nourrir un lapin. Ces deux rimes font allusion à la stérilité du sol de ces localités.
Les terres et fiefs de Conturbie ou Contrebis, du Chesnai ou Chesnay-Perla, avec les forges qui y furent construites, ont appartenu à l'abbaye de la Trappe, fondée en 1122.
"     La petite paroisse de ce nom, que dans le pays on prononce Contrebis, a été réunie à celle de Randonnay ; elle ne contenait qu'une usine à fendre le fer et quatre à cinq maisons d'ouvriers.
       Ce nom, comme celui de plusieurs autres lieux voisins de la forêt du Perche, tels que Randonnay, Brezolette, Iray, Chérancey, Rutland, Fortiber, etc., me paraissent dérivés de la langue celtique. La situation de Con-t-ur-bie entre deux ruisseaux et sur le bord d'un grand réservoir d'eau explique parfaitement la composition de son nom : kegn ou côn, coin ; our ou ur, eau ; bié ou bief, étang. On dit encore aujourd'hui le bié ou le bieu d'un moulin. Quand les Romains s'emparèrent de l'Espagne, il existait, entre la mer et l'embouchure du Tage, c'est-à-dire dans une situation pareille, une ville qui se nommait alors Contrebie : c'est aujourd'hui un bourg appelé Santavert."
Il ne reste dasn cette paroisse que des ruines !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Ce quatorziesme jour de février mil sept cens soixante dix
Après la publication des bans du futur mariage entre Jean
De la Porte fils mineur et légitime de feu Jean et de défunte
Catherine Fleury ses père et mère de la paroisse de St André
De chaufour diocèse le Lisieux d’une part et Madeleine
Gautier fille mineure et légiotime de feu Jean et de Marie
Thibourt ses père et mere de cette paroisse d’autre part faitetc. Etc..
Jusqu’à la 2ème page 15 ème ligne
En présence de tec. Etc. et ait rehabilité led mariage de ……
Le mutuel consentement de mariage des deux parties
Qui étaient ……….. en suspent depuis la célébration
Faite par led dit sieur Girouy pretre conséquemment
A la commission et au pouvoir spécial a moy adressé
Par Monsigneur l’illustrissime et révérend de………
Evêque d’Evreux en date du etc. etc.
Pourquoi cette réhabilitation ??????
Apparemment les bans sont publiés normalement, il n’y a aucune contre indication à ce mariage
Il est indiqué (s’étant trouvé de nul validité par défaut) en présence
retour accueil    
retour tableau 0003    
page précédente page 113 page suivante