sarthe     72
Vaas
Passé historique néolithique, puis gallo-romain, l'ancienne voie romaine Tours-Le Mans franchissait le Loir à Vaas. Aux abords de cette ancienne voie, il a été trouvé de nombreux fragments de céramique et de poteries, des tessons d'amphores, des monnaies, des meules et divers autres objets répertoriés par le Centre archéologique de Sablé (Sarthe).
Dolmen de la Pierre Couverte
Le dolmen de la Pierre Couverte est situé à environ 3 kilomètres au nord du bourg, en direction de Mayet. Édifié entre 5000 et 2500 av. J.-C. (Néolithique), il est niché à l'orée de la forêt de Bercé, à 107 mètres d'altitude. Il fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le 12 février 1984
Au IVe siècle l'église du village est consacrée par saint Julien On y battait la monnaie.
De cette même époque, il a été trouvé, lors de travaux effectués sur la voie publique, des fragments de sarcophages, quelques-uns sont encore à peu près bien conservés ; ils sont datés des VIe et VIIe siècles, ainsi que des dolmens.
Une abbaye, dont l'origine reste inconnue, remonterait au IXe siècle. Elle fut sous l'autorité de chanoines réguliers de l'ordre de Saint-Augustin et eut un rayonnement important jusqu'au
XIIIe siècle. De nombreuses missions lui furent confiées par le Saint-Siège.
En 1034, un premier pont fut construit sur le Loir, en même temps que celui de Tours.
Au Moyen Âge, autour de son monastère, la ville est fortifiée et ceinturée de douves.
Elle subit un siège pendant la guerre de Cent Ans à la suite duquel le connétable Bertrand Du Guesclin chassa les Anglais, après la bataille de Pontvallain en 1370 Bertrand Du Guesclin,
connétable de France
Abbaye Notre-Dame de Vaas (Beat Maria de Vedatio) Le monastère primitif a des fondations remontant à l'époque carolingienne (an 790
L'abbaye qui a fait suite, selon une légende fabuleuse qui perdure encore, aurait bénéficié d'une dotation des biens confisqués au traître Ganelon, le félon de Roland à Roncevaux. Des actes d'échanges sont mentionnés au cours du Xe siècle avec l'abbaye Saint-Martin de Tours.Les chanoines suivaient la règle de saint Augustin.
On sait toutefois que ce monastère assurait le franchissement du
Loir.
L'abbaye royale qui détenait la seigneurie de la ville, sera vendue en 1791 sous la Révolution comme bien national,
Elle connut une période florissante en 1160 avec son premier abbé connu et verra une riche dotation sous les Plantagenêts, ce qui fera oublier les dévastations par les Normands-Vikings au IXe siècle. la guerre de Cent Ans, époque à laquelle elle sera en partie ruinée et le village brûlé en 1370 ; seules l'église et la tour monastique ont été en partie épargnées
Un manque de rigueur dans la discipline verra l'abbaye mise en commende au début du XVIIe siècle. Les prémontrés en prendront possession en 1726 jusqu'à la Révolution et ses bâtiments seront vendus comme biens nationaux, sauf l'église.
Les bâtiments conventuels seront finalement démolis en mars 1981. Il ne reste de visibles actuellement que le logis de l'abbé,
aujourd'hui hôtel de ville de Vaas, la tour monastique, les jardins au bord du Loir et l'église devenue paroissiale
De nombreux châteaux dont certains sont, mainteant des propriétés privées : gites, chambres d'hôtes etc.
 Le château du Petit-Perray, de la fin XVIIIe siècle, partiellement inscrit au titre des monuments historiques le 28 avril 19939.destruction de l'église Saint-Georges vendue comme bien national et détruite.
Église Notre-Dame de Vaas
L'église est accolée à une tour monastique plus ancienne. Construite en forme de croix latine, elle est datée du XIIe siècle.
Le beau clocher avec sa flèche octogonale, repose sur une tour carrée qui s'élève à 45 mètres au-dessus du parvis ; il comprend trois cloches dont une datée de 1773 provenant de l'ancienne église paroissiale Saint-Georges qui occupait le centre du village.
Son sous-sol conserve des sépultures du XIVe siècle (révélées en archives).
De la terrasse sur le Loir, la vue se porte sur l'arrière des moulins banaux de la mense abbatiale, aujourd'hui désaffectés et propriété privée. À proximité, se trouvaient le four banal et la goularderie (lieu d'accueil des pèlerins) . L'église fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le 16 février 19267. Plusieurs éléments de mobilier y sont classés monuments historiques8.
Huit châteaux sont érigés sur le territoire de la commune :
 
Site archéologique de Cherré
Ces vestiges antiques sont situés à 6 km de Vaas, en limite du Maine, de l'Anjou et de la Touraine dans une boucle du Loir, sur la commune d'Aubigné-Racan. Le temple révélerait, par son orientation, une analogie avec ceux où l’on célébrait à Rome le culte de Jupiter et Saint-Georges de Vaas étant le nom christianisé de Jupiter, on trouve là une même souche.
Un acte trouvé à VAAS 72 (S1624-1667 vue 40) relatif à un drame qui s'est déroulé le 03/12/1631 au lieu-dit 'Port Blanchard" dont l'un des noyés est originaire de la Province de Normandie.
 B.GALIPOT 72230 MULSANNE

 1. Le mercredi 13me jour du mois de decembre en
2. lan 1631 Louis Lefebvre natif de ceste paroisse
3. Charles Raguideau sieur des Giraudieres et fermier
4. De la motte de Nogeant et honorable personne
5. Monsieur de la couldre marchand de vins natif de
6. La ville de (Sées) en Normandie ce sont tous trois
7. Noyes au port Blanchar près Moriers, dont le corps
8. Dudict Febvre esté inhumé dans le grand cymetière
9. De ceans et le corps dudict guideau dans léglise
10. De Nogeant, et le corps dudict sieur de la Couldre
11. Dans l’église de Monstabon Resquiescant in pace
12. Amen
Une autre noyade au même endroit

http://les.bourdillaux.free.fr/drame_port_denet.htm
Transcription
« Le 14 aout 1726, le corps de Julien Bourdillau métayer de la Foucherie âgé de 49 ans a été inhumé dans le grand cimetière par nous soussigné en présence de ses parents. Il fut emporté le 12, par ses bœufs en charriant du foin au milieu de la rivière, au Port Denet et il y fut noyé. Il a été retrouvé qu’aujourd’hui »
Roger Leblanc
En ce qui concerne les 4 premiers noyés ont peut supposer que la barge, le bateau dans lequel ils faisait transport (de vins) a basculé dans le port.
Que voulez vous il était plus court de traverser à Gué que de faire un grand détour
accueil                      
Retour P à T                    
page précédente

page 4

Page suivante